Connexion utilisateur

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 0 utilisateur connecté.

Материалистическая диалектика

Счётчики

Рейтинг@Mail.ru

Les luttes sociales en Europe de l’Est et la stratégie d’une nouvelle indépendance des peuples

Français

Monika Karbowska

 

Les luttes sociales en Europe de l’Est et la stratégie d’une nouvelle indépendance des peuples

 

Depuis 5 dernières années dans le sillage des révolutions méditerranéennes, l’Europe de l’Est est secouée par de nouveaux mouvements sociaux. L’Europe de l’Est se réveille de ses illusions sur le capitalisme néolibéral et ose exprimer sa souffrance et son refus.

Lorsque les soulèvements au Maghreb franchissent la Méditérannée et dès le 15 mai 2011 le mouvement des Indignés enflamme l’Espagne puis la Grèce, en été la Croatie et la Serbie sont traversées par des manifestations étudiantes dans un mouvement de type « Indignés ». Fin 2012 la Roumanie est touchée à son tour par de puissantes manifestations populaires. Déclenchées par le licenciement abusif d’un médecin palestinien d’un hôpital de Bucarest, le mécontentement populaire se dresse contre la corruption de la classe politique. Les Roumains reprennent les drapeaux du soulèvement de 1989 : le drapeau roumain dont on avait découpé le symbole de la Roumanie socialiste. Mais que signifie plus de 20 plus tard le « trou du drapeau » ? Il symbolise certainement l’absence de démocratie, de justice, de prospérité… La population roumaine se sent volée et flouée par le système capitaliste et le fait savoir, alors que la manne des subventions européennes part directement dans les poches des élites corrompues. Les Roumains manifestent aussi devant les ambassades de leur pays dans les pays occidentaux ou ils sont désormais travailleurs émigrés. La question écologique se mêle également aux questions de souveraineté alimentaire et énergétique. Dans la localité de Rosia Montana la résistance des paysans et des écologistes aux projets d’ouverture d’une mine devient une lutte nationale emblématique de la souveraineté populaire du pays. Les drapeaux « Save Rosia Montana » accompagnent les manifestations contre la corruption.

Les crises en Europe de l’Est – du néolibéralisme triomphant au souverainisme conservateur?

Français

Monika Karbowska

 

Les crises en Europe de l’Est – du néolibéralisme triomphant au souverainisme conservateur?

 

Parmi les pays de l’Union Européenne la Pologne est sans doute le pays le « jardin préféré » de l’oligarchie néolibérale occidentale. Celui dont la population est la plus soumise à l’impératif de la concurrence, qui ne s’est pas révoltée en masse alors que tous les pays de l’Est, y compris la Bulgarie, la Bosnie ou la Roumanie ont été secoués par de puissants mouvements sociaux de 2011 à 2014. Rien de tel en Pologne ou toute conscience de classe semble avoir été déracinée. Afin de comprendre les processus de crise à l’oeuvre dans ce pays il est nécessaire de refaire un bilan des 30 dernières années de «révolution conservatrice » (Pawel Kozlowski)

Les crises en Europe de l’Est – la gauche anticapitaliste face au néolibéralisme triomphant et au nationalisme conservateur

Français

Monika Karbowska

 

Les crises en Europe de l’Est –

la gauche anticapitaliste face au néolibéralisme triomphant et au nationalisme conservateur

 

L’Europe de l’est est en crise continuelle depuis la fin des années 80. Ce qui apparaissait à l’époque comme une crise d’une économie dirigiste planifiée, était déjà une crise de civilisation avec l’émergence difficile de l’individu au sein d’un système familial encore traditionnel, reconfiguré par les aspirations égalitariste de la « morale socialiste ». Le nouvel invidu recherchant son épanouissement s’est finalement tourné vers les valeurs de la consommation que symbolisait si bien le capitalisme occidental des années 80. Les « démocraties populaires» avaient par ailleurs atteint un stade technologique ou l’automatisation de la production conduisait à l’apparition de « travailleurs surnuméraires » inutiles dans l’entreprise – c’est ce qu’on appelait le « chômage caché » des pays du « socialisme réel ». Le mouvement de Solidarnosc avait été une tentative brillante de résoudre ces crises modernes par la revendication un système autogestionnaire donnant le pouvoir aux travailleurs. Hélas, cette tentative de solution « par la démocratie » a tourné cours, sous l’action conjuguée de la classe bureaucratique du régime et des manipulations des élites occidentales qui par leur financements et leur influence ont transformé Solidarnosc en un mouvement politique visant à restaurer le capitalisme.

Les coopératives et les organisations politiques et sociales en Afrique de l’Ouest - un exemple pour nous organiser en Europe de l’Est?

Français

Monika Karbowska

 

Les coopératives et les organisations politiques et sociales en Afrique de l’Ouest — un exemple pour nous organiser en Europe de l’Est?

 

J’ai mis 6 ans à organiser ce voyage. Depuis mon séjour au FSM à Dakar 2011, j’ai voulu revenir car j’étais fascinée par la force, l’opiniatreté et la capacité d’organisation des militants africaines. C’est des militantes que je voulais revoir, rencontrées lors du Forum Féministe de Kaolack pour lequelles de nombreuses organisations féminines étaient venues avec la Caravane d’Afrique l’Ouest. Le FSM de Dakar avait lieu alors que débutaient les mouvements révolutionnaires dans les pays arabes. Avec les militants tunuisiens participant au Forum nous vivions ensemble ces moments intenses, les yeux rivés sur Facebook et suspendus aux nouvelles des rassemblements qui nous arrivaient chaque jour de Tunisie. Par la suite j’ai soutenu les jeunes militants révolutionnaires de Tunisie.

«Альтернативы», 2017 г., № 3

«Альтернативы», 2017 г., № 3

«Альтернативы», 2017 г., № 2

«Альтернативы», 2017 г., № 2

«Альтернативы», 2017 г., № 1

«Альтернативы», 2017 г., № 1

Ėpštejn D.B. Die Ergebnisse von 2016. Die Wirtschaftspolitik Russlands

Indéfini

Einladung zur nächsten Sitzung des St. Petersburger Wirtschaftsseminars, 10. Mai 2017 -

 Ėpštejn D.B. „Die Ergebnisse von 2016. Die Wirtschaftspolitik Russlands – Wege zur Sicherung eines stabilen industriellen Wachstums“

 

Sehr geehrte Kolleginnen und Kollegen! 

Die nächste Sitzung des städtischen Wirtschaftsseminars findet am Mittwoch, dem 10. Mai 2017 um 18.30 Uhr, wie immer im Plechanov-Haus 4, Krasnoarmejskaja 1, statt. 

Wir laden Sie hiermit zur Teilnahme ein!

Некоторые соображения...

Некоторые соображения…

Бискэ Г. С.

Бискэ Георгий Сергеевич

(в специальной литературе – Ю.С. Бискэ) – геолог, профессор С.-Петербургского (предпочел бы Ленинградского) университета, сотрудник института наук о Земле. Заведовал кафедрами общей и осадочной геологии. Изучает главным образом геологию Тянь-Шаня, включая китайские районы, а также Ленинградской области и Крыма. В университете читает курсы геологии России, геотектоники и др.

В раннем возрасте, вступая в пионеры, обещал «стоять… за победу коммунизма» и продолжает выполнять это обещание, обдумав более основательно смысл термина.

«Будучи еще студентами, мы поехали первый раз в Тянь-Шань с моим учителем, который взял с собой еще 8 студентов, причем двое из них были назначены начальниками отрядов, а это значит, что студент-дипломник 22 лет должен был самостоятельно заниматься организацией работ в полевых условиях. С тех пор выезжаю в эти горы почти ежегодно, уже больше 50 раз».

Г.С.Бискэ (Геологи Советского Союза: связь времен. Отечественная геология: реперные точки истории//Журнал «Альтернативы», 2012, № 4.

Черный Д. В.

ДМИТРИЙ ВЛАДИМИРОВИЧ ЧЕРНЫЙ

Натаров Н. А.

Николай Артемьевич Натаров родился 17 августа 1921 г. в селе Городище Алчевского р-на Луганского округа (ныне Луганская область на востоке Украины).

Un autre regard sur les événements en Russie d'août à septembre 2013

Français

Un autre regard sur les événements en Russie d’août à septembre 2013

1. Acdémie des sciences  : la lutte continue

Grâce aux efforts des chercheurs, la lutte contre le projet de réforme de l’Académie des Sciences de Russie continue de retenir l’attention.

Le 24 août, plus de 1000 personnes se sont rassemblées sur la place Souvorov à Moscou pour protester contre la réforme  ; parmi eux, des chercheurs, des enseignants, d’autres membres de l’intelligentsia et des citoyens qui se sentent concernés. L’objectif de cette manifestation était d’attirer l’attention sur la question à la veille de l’ouverture de la session automnale de la Douma, au cours de laquelle doit être voté le projet de loi anti-social sur l’Académie des Sciences. Dans leurs slogans, les manifestants ont mis l’accent sur le fait que l’Etat entend transformer les biens publics que sont la science et l’éducation en un type de service qui fera l’objet de transactions.

Un autre regard

Le début de l’été est marqué en Russie par une série de protestations des représentants de la sphère sociale

Monitoring des événements majeurs

(préparé par le mouvement « Alternatives »)

 

1. La réforme de l’Académie des sciences russe portée par le Ministère de l’éducation et de la recherche soulève des protestations dans la société civile.

Fin juin 2013, le Ministère de l’éducation et de la recherche a proposé à la Douma fédérale un projet de loi intitulé « L’Académie des sciences russe… ». Le projet se présente comme une réforme radicale du système des Académies des sciences.

La réforme prévoit de fusionner l’Académie des sciences médicales et l’Académie des sciences agricoles en une « Académie des sciences publique et étatique de Russie ». Leurs organes scientifiques seront sous le contrôle d’un organisme qui sera lui-même sous le contrôle du gouvernement. Le président de l’Académie des sciences sera nommé non par le Président de la Fédération de Russie, mais par le gouvernement et un moratoire de 3 ans sur l’élection des académiciens, des membres du comité et du président de l’Académie des sciences sera mis en place. Une « Agence des organes de la recherche de l’Académie des sciences » gérera le patrimoine des organismes qui resteront dans le giron de l’Académie des sciences. Ce qui signifie que l’actuelle Académie des sciences va perdre son principal privilège, celui de gérer elle-même les fonds qui lui sont alloués par l’Etat ; elle va se transformer en simple union des chercheurs. La fusion de plusieurs académies des sciences en une « grande » académie mettra fin à l’existence de l’Académie des sciences sous la forme que lui avait donnée Pierre Ier au début du XVIIIe siècle.

Français

Информационное письмо

ГОСУДАРСТВЕННАЯ ДУМА РОССИЙСКОЙ ФЕДЕРАЦИИ
КОМИТЕТ ПО ОБРАЗОВАНИЮ и НАУКЕ
Центр изучения проблем информационного общества
при 1 зам. председателя комитета
Фонд «Альтернативы»
Институт научной информации по общественным наукам РАН
Фонд Эберта

S'abonner à Альтернативы RSS