Connexion utilisateur

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Содержание

Commentaires récents

Счётчики

Рейтинг@Mail.ru

Vous êtes ici

Un autre regard sur les événements en Russie d'août à septembre 2013

Un autre regard sur les événements en Russie d’août à septembre 2013

1. Acdémie des sciences  : la lutte continue

Grâce aux efforts des chercheurs, la lutte contre le projet de réforme de l’Académie des Sciences de Russie continue de retenir l’attention.

Le 24 août, plus de 1000 personnes se sont rassemblées sur la place Souvorov à Moscou pour protester contre la réforme  ; parmi eux, des chercheurs, des enseignants, d’autres membres de l’intelligentsia et des citoyens qui se sentent concernés. L’objectif de cette manifestation était d’attirer l’attention sur la question à la veille de l’ouverture de la session automnale de la Douma, au cours de laquelle doit être voté le projet de loi anti-social sur l’Académie des Sciences. Dans leurs slogans, les manifestants ont mis l’accent sur le fait que l’Etat entend transformer les biens publics que sont la science et l’éducation en un type de service qui fera l’objet de transactions.

Mouvement «  Alternatives  »

liens:

http://www.za-nauku.ru

http://www.rasconference.ru



Remarques sur la conférence de l’Académie des Sciences de Russie (29-30 août)

La conférence devait montrer l’opposition de l’immense majorité des chercheurs au projet de loi sur la réforme de l’Académie des Sciences de Russie (ASR), qui prévoit de faire passer les organes scientifiques actuellement gérés par l’ASR sous le contrôle d’une nouvelle Agence du Ministère de l’Education et de la Recherche, c’est-à-dire sous le contrôle de l’appareil bureaucratique. Cette conférence a en même temps permis au Présidium de canaliser des protestations qui auraient pu prendre la forme d’une critique plus globale de la politique gouvernementale. La conférence a regroupé 2500 personnes, y sont intervenus des chercheurs de l’ASR et d’autres organes scientifiques du pays. Tous critiquent le projet de loi. La conférence a également été l’occasion de critiquer le fonctionnement de l’ASR en général et d’en proposer la réforme.

Des résolutions ont été votées contre le projet et pour définir les principes d’une réforme de l’ASR  ; une nouvelle conférence sera organisée au besoin. La tenue de cette conférence a montré que les collaborateurs de l’ASR ne présentent pas un front uni et n’ont pas de programme global cohérent de défense des intérêts des chercheurs et de démocratisation du fonctionnement de l’ASR. Elle a également montré que le Présidium de l’ASR ne faisait rien pour favoriser l’émergence d’un mouvement unitaire et une réforme allant dans le sens de la démocratisation.

David Epstein, Professeur d’économie, Saint-Pétersbourg



2. Le contre-sommet de Saint-Pétersbourg

A l’initiative du projet «  Postmondialisation  », les 3 et 4 septembre 2013 s’est tenu à Saint-Pétersbourg un contre-sommet qui faisait pendant au Sommet du G20. Y ont pris part plus de 30 représentants de courants à tendance sociale venus du monde entier, dont Samir Amin, le directeur du Forum du Tiers-Monde. Depuis la crise économique de 2008, les représentants des pays du G20 continuent de mener une politique antisociale vouée à l’échec qui ne sert que les intérêts du capital transnational. Les participants du contre-sommet se sont donc fixé pour objectif non seulement d’élaborer une stratégie de lutte contre la mondialisation néo-libérale, mais aussi de forger un système alternatif dans les domaines de l’économie, de la culture, de la participation politique, de l’idéologie  ; ce système pourra servir de base à un nouveau paradigme pour une civilisation moderne. Les participants ont pris une série de déclarations clés, notamment sur le libre-échange, les spéculations, le remplacement du FMI et de la Banque mondiale par des organes respectant le principe de démocratie participative, l’annulation des dettes illégitimes, l’agriculture, une politique d’investissement alternative, etc… Ils s’appuient sur le concept de participation des citoyens à la vie de la société et sur les mécanismes de démocratie participative.



Initiative «  Postmondialisation  »

Plus information: http://pglobal.org/

3. Conflit en Syrie  : position de la Russie

Le 10 septembre 2013 la Russie a proposé à l’ONU une initiative visant à faire passer l’arme chimique syrienne sous contrôle international. Dans un article publié dans le New York Time, V. Poutine a expliqué la position de la Russie aux Américains. Il se réfère aux principes du droit international, à l’égalité entre pays riches et pauvres (ce qui est par définition impossible), à la nécessité d› «  empêcher le monde de sombrer dans le chaos  ». Ces deux prises de position ont été critiquées par les dirigeants des USA  : dans le premier cas ils ont exprimé de «  sérieux doutes  », dans le second ils ont dénoncé une tentative de miner les plans de B. Obama en Syrie. Notons que le projet russe n’a pas pour objectif de limiter l’emprise du capital, de sortir d’une logique militaire pour régler le conflit, de faire participer la société civile à la résolution du conflit. Au contraire, l’objectif est de préserver l’équilibre des forces dans le système actuel où les relations internationales sont militarisées. Il en va ainsi aux USA  : sous couvert de lutter contre l’arme chimique, ils lancent une série d’intervention militaires visant à faciliter l’expansion capitaliste sur les territoires dévastés par le guerre. Les positions de la Russie et des USA sont donc semblables sur le fond, quoique différentes dans la forme.

Gulnara Aïtova

4. Samir Amin au Forum économique de Moscou

Le 12 septembre, l’Institut d’économie de l’Académie des Sciences de Russie a organisé avec le soutien du Forum économique de Moscou un séminaire international «  Nouvel Empire. A la recherche d’alternatives à l’hégémonie du capitalisme mondial  », au cours duquel sont intervenus Samir Amin et Alexandre Bouzgaline, professeur du MGU et rédacteur en chef de la revue «  Alternatives  ».

Les pays périphériques, dont, selon S. Amin, fait partie la Russie, ne pourront rien changer au système économique mondial tant qu’ils n’auront pas surmonté la triade (USA, Union européenne, Japon). Le système actuel de gouvernance mondial est basé sur le monopole du capital détenu par ces pays. Le chercheur a proposé que la Russie ait recours pour son développement à un «  projet de souveraineté  » qui lui permettrait de développer son économie sans s’occuper de la politique «  d’en-haut  ».

A. Bouzgaline a décrit un «  monde de simulacres  », un système de manipulation à l’échelle mondiale qui, au stade de développement actuel de la société, ne se limite plus au domaine économique mais gagne la culture.

Le Forom économique de Moscou

Voir: me-forum.ru

5. Le Forum des forces de gauche

Le 14 septembre s’est tenu à Moscou le 3ème Forum des forces de gauche. Il a rassemblé 300 participants. Parmi les organisations de gauche présentes, on peut citer l’Union internationale des Communistes, le mouvement «  Front de gauche  », le parti «  Communistes de Russie  », le parti «  Rotfront  » et le mouvement «  Alternatives  ». Les participants ont noté qu’il était indispensable d’organiser des actions concrètes communes et des manifestations en réponse à la vague actuelles de réformes néolibérales dans les domaines de l’économie, de la recherche, de la santé et de la culture. Une résolution a été émise «  La stratégie du Forum des forces de gauche et les objectifs de la mouvance de gauche en Russie  ».